Top11.fr
Don't Miss

Football 2018-2019: Le guide des médias

Le Football se remet à peine de la 2ème édition de la  Coupe du Monde Russie 2018 que la saison de football européen est déjà de retour. Nos esprits sont encore pourtant euphoriques, très loin du « seum » belge. L’avalanche de buts de cette première journée a été suivi par une seconde journée insipide. Pourtant, à l’heure d’écouter les premières analyses, peu de monde à l’horizon. Les chroniqueurs vedettes sont très souvent encore en congés après une interminable saison. Les chaînes radio, télé, Youtube testent de nouveaux formats ou de nouvelles émissions.
Point de Riolo, Larqué à la retraite, Micoud encore en vacances. Les cadors des chaines sont en vacances ou en phase de reprise. L’objectif de ce petit guide antifootix est de vous guider dans les méandres des analystes du football français.
Ce manuel est comparable une faute de main dans la surface de réparation, à la fois objectif mais aussi sujet à interprétation. Les différentes émissions, pour la plupart, les plus populaires ou pertinentes, ont été placées dans différentes catégoriques.

CHAMPIONS LEAGUE 

Première de cordée, les émissions ici présentes sont indéboulonnables et à la limite vitales pour l’amateur de football et de sport. Elles allient intelligence, diversité d’opinions, humour et donnent la parole à l’auditeur. Elles sont pas parfaites. D’ailleurs, qu’est-ce que la perfection?

L’AFTERFOOT

C’est l’émission à suivre. Née à l’aube du trip allemand de la bande à Domenech lors du mondial 2006,  c’est le Barça version  Guardiola des émissions tv et radio. Un casting de rêve, des intervenants divers et variés, venant de multiples horizons footballistiques et des thématiques abordées nulle part ailleurs. La variété des consultants et des thèmes apporte un rafraîchissement à l’univers du PAF, ce qui vaut d’ailleurs à l’émission d’être en direct à la fois à la radio comme à la télévision.
Comme dans toute équipe qui gagne, il y a des cadres qui donnent le tempo et assurent la continuité de l’émission.

Gilbert Grisbois

co-initiateur du projet et présentateur, joue très souvent les arbitres et la voix de conciliation ou de modération. C’est la voix de la sagesse, du compromis et le maître du temps, du moins quand il n’est pas coupé durant ses tentatives d’interventions.

Daniel Riolo

journaliste chevronné ayant fait ses gammes dans le hockey sur glace, est la voix dissonante du plateau. Adepte du principe du Beau, c’est l’amateur du foot des années 70-80 marqué par l’AJAX de Cruyff, le Brésil de Socrates, le Milan de Sacchi. C’est  le football dionysien d’Appolon. Le foot serait d’abord un sport de créativité et d’émotions. Il revient très souvent sur les champs de l’identité nationale, de la valeur d’exemplarité des sportifs, des problèmes d’éducation et des dérives qu’elles génèrent dans le milieu de foot ou socialement en général. Grande gueule voire un brin un rien méprisant avec les auditeurs, ses prises de position lui ont valu une réputation de Zemmour du PAF français qu’il est très loin de mériter.

Nicolas Vilas

Autre cadre de l’équipe, la voix du football lusitanien et spécialiste des divisions inférieures pour y avoir très longtemps commenté. Nicolas Vilas est la caution populaire de l’émission. Souvent très proche et compréhensif des auditeurs, c’est l’animateur qui a foulé les pelouses du Dimanche après-midi et sait jouer avec les points de vue café-commerce du style « Monaco, ils font que du trading » ou « le Portugal, c’est 10 joueurs et CR7 ». De plus, Il apporte à la fois, un style vestimentaire particulier, très flashy avec une pointe d’humour de chantier.

Jerôme Rothen


C’est la caution terrain de la Team au même titre qu’un Courbis, Larqué ou Di Meco lorsqu’ils interviennent. Virulent, plein d’humour, légèrement nombriliste, c’est la parodie du footballeur superstar. C’est aussi la voix de l’opposition à Daniel Riolo. L’un est dans l’analyse extérieure, froide voire un peu intello-condescente. Rothen, lui, fait une analyse contextuelle, proche des ressentis du terrain.

Conclusion

L’After Foot, c’est le summum au niveau de l’info foot en France. Par ailleurs, de par la richesse des intervenants( on vous a pas oubliés quid de Manardo, Auclair, Jonatan…etc) et la pléthore de sujets abordés dans cette émission. On peut y parler des liens sexe-foot, du racisme dans le foot, de trucage de matchs voire de politique. A conseiller les yeux fermés.

LE VESTIAIRE

Apparu dans l’anonymat total lors du lancement des chaînes SFR sport, Le Vestiaire a révolutionné l’approche du sport par les médias français. De Lundi à Vendredi, un invité issu du monde sportif encadré par 3 consultants de l’équipe RMC/SFR s est convié pour retracer son parcours sportif, parler de son expérience de vestiaire et de l’actualité. Hors champ, y a une voix à l’image de Secret Story qui oriente les débats et les discussions. Le vestiaire c’est le pinacle de la conversation de comptoir mais avec des champions. Pas de polémiques inutiles, pas de langue de bois ou presque, quelques moments complètement émouvants. De plus, on a l’ouverture sur les autres sports avec des émissions spéciales rugby, volley, athlétisme ou boxe.
C’est un autre incontournable qui nous emmène au coeur du sport de haut niveau dans les bons moments comme dans les moments les plus difficiles. Les habituels consultants sont Jérome Rothen, William Gallas, Rolland Courbis et Emmanuel Petit.

CANAL FOOTBALL CLUB

Construit dans le même schéma que l’after avec des journalistes chroniqueurs encadrant d’anciens joueurs ou entraineurs. Hervé Mathoux joue les arbitres tandis que Pierre Ménès essaie d’aligner les punchlines plus ou moins légitimes malgré une tendance au buzz et au bon mot plus qu’à une prise de position engagée et constructive. La palme du consultant revient à Habib Beye qui démontre limite plus de talent en dehors que sur le terrain. Dommage que le CFC manque de courage face ses invités. On en entendait plus particulièrement lors de la venue de Benzema pour son documentaire par exemple. C’est toujours plus simple de prendre en grippe Bielsa, Ancelotti ou Jardim que d’être critique face au jeu proposé par les poids lourds « français » que sont Marseille ou l’Olympique lyonnais.

EUROPA LEAGUE

On rentre dans la catégorie des émissions sympathiques dont on pourrait se passer mais on ne peut s’empêcher d’y jeter un coup d’oeil. Souvent divertissante, quelques invités sont de standing mais d’autres plombent l’ambiance par partisanisme, tribalisme ou juste opportunisme. Ce sont des émissions heureusement populaires qui ont bénéficié du vide médiatique pour exister.

L’EQUIPE DU SOIR

C’est l’archétype de l’émission populaire. Environ 5 journalistes encadrent Olivier Ménard et un président du soir pour débattre de l’actualité sportive. Le président fait partie habituellement du monde sportif. Il peut être journaliste, consultant ou ancien sportif. Dans les bons soirs, on peut avoir Dave Appadoo, Didier Roustan, Eric Bieldermann, Eric Moati ou Thierry Marchand à l’affiche. Gage de professionnalisme, de discernement, ils essaient de construire un argumentaire et livrer des points de vue logiques.
Dans les mauvais soirs, on est au bazar du marché ou au bar PMU du coin. Indiscipline chronique, agressivité, supportérisme, polémique, cris, les chroniqueurs affichent tous les défauts des « sales gosses » du foot sur lesquels ils tapent régulièrement. La bande Gazan les mauvaises blagues, Bertrand « je crie le plus fort » Latour, Nabil « Maghreb United » Djellit, Grégory « seul vs le monde » Schneider ou Dominique  » Lolo PSG » Sévérac rabaisse le niveau du débat sportif perpétuellement.
Le mérite de l’émission c’est de parler à tout le monde et d’essayer de rester dans la dualité, de donner une voix dissonante aux opinions qu’on veut pas entendre. Elle est malheureusement aussi l’exemple-type de ce que le populisme, le buzz et les raccourcis journalistiques font de mal au sport. C’est le pendant audiovisuel du quotidien l’équipe avec les mêmes qualités et les mêmes défauts.

 TEAM DUGA

Premier écueil dans sa carrière sans cesse ascendante. Dugarry, champion du monde converti en consultant 5 étoiles, a vu les premiers retours de bâton de ses positions inflexibles et ses avis acérés et souvent déplacés. Après une année à s’emmerder devant les bleus, l’absence de projet de jeu, les bleus pas champions avec Giroud ou Deschamps qui prend l’équipe de France en otage. Dugarry a le mérite de prendre position, de pas flancher dans son discours, d’être capable de faire amende honorable et de ne pas faire dans le convenu. Par ailleurs, le contenu de l’émission entre les tops/flops, les coups de coeur/gueule est enrichi par l’interview d’un acteur du monde du sport. Il a pu s’agir de Zidane. Quotidiennement, c’est plutôt un entraineur de ligue 1, un président de club qui est sur les ondes pour parler de l’actualité de son club.
Le seul souci, c’est les prises de position souvent fatalistes par rapport au football français. Pas de perspectives énoncés, que des témoignages souvent à charge.

TRANSVERSALES/ INTERIEUR SPORT

Transversales est un hebdomadaire encore sur la chaîne RMC Sport. Présenté par Daniel Riolo, le magazine arpente les arcanes et les coulisses du monde footballistique avec des interviews très souvent en VO. Comme intervenants, des légendes du sport en VO, Guardiola, Sacchi, Riner et tant d’autres. On sort très souvent du terrain des résultats sportifs pour parler des influences sociétales dans le monde du football, des connexions avec d’autres secteurs tels le monde du spectacle, l’éducation, la politique.
Intérieur Sport est un autre hebdomadaire incontournable disponible sur Canal+. Il met très souvent en avant des sports ayant peu de visibilité à travers des portraits d’athlète, leur parcours, leurs atermoiements , leurs difficultés au quotidien, leurs réussites.

LIGUE DES VETERANS/CORPO

Cette rubrique concerne les émissions qui occupent juste une tranche horaire par souci d’audience. Après tout, parler de football ça marche. De plus, si on n’en parle mal ou si les positions prises sont extrêmes et conduisent au clash, c’est meilleur pour le business. Ici c’est le royaume des raccourcis, des préjugés, du badbuzz.

ON REFAIT LE MATCH/ 20H FOOT

Etrange tournant pris par Pascal Praud qui s’est essayé dans un moment d’égarement à un poste de dirigeant au sein du FC Nantes dans les débuts de l’ère Kita. Longtemps chroniqueur auprès d’Eugène Saccomano dont il a pris la relève dans on refait le match et ayant côtoyé Thierry Roland, il ressemble à la parodie du vieux journaliste nostalgique du vieux monde. Il s’est rendu célèbre le soir du 15 Novembre 2013 au soir d’Ukraine-France où il s’en prend à l’équipe de France, lui transférant les soi-disant maux de la société française qui minent la société française. L’émission en soit n’est pas à jeter à la poubelle avec des intervenants qui peuvent avoir des positions intéressantes allant dans le sens de la médiation et évitant des raccourcis tout azimut. Le problème, un peu à l’image du fonctionnement de L’Heure des Pros, autre émission sur C8; c’est l’impression donnée d’une course permanente à la polémique et de quelques clashs avec le rappeur Rost qui nuisent à l’ensemble.
Le producteur semble jouer sur la corde sensible et le retour des questions d’identité, de religion et surfer sur les préjugés pour attirer un public plutôt proche des idées de l’extrême.

 L’EQUIPE D’ESTELLE

C’est l’émission folklorique par essence. Dirigée par Estelle Denis, elle s’aligne sur l’actualité avec des simili de débats et de chiffres épicé par l’humour « WWE&Raw » signé Gazan. Apparemment ça plaît beaucoup au public en tout cas. Palme de la parodie journalistique à Djellit et Bertrand Latour pour oscillation entre obsession maghrébine, insolence, arrogance, cris sur les plateaux, mauvaise foi et absence d’objectivité. C’est malheureusement le nouveau journalisme à l’américaine avec des « gentils » et « méchants » sur les plateaux.

BILAN

Ce recensement d’émissions est un point de vue personnel qui se veut objectif. Il existe beaucoup de moyens d’informations et d’enrichissement parallèles dans la culture et cette liste n’est aucunement exhaustive. Des émissions tels Breaking Foot, J+1, Late Football Club mériteraient assurément qu’on s’y intéresse un peu plus. Et que dire des nombreux blogs ou sites participatifs, chaînes Youtube sans parler des médias étrangers qui nous livrent une vision moins nombriliste et plus objective de notre football.
Libre à vous dans vos commentaires de faire écho d’une émission coup de coeur ou coup de gueule, d’une émission ou chaîne régionale que vous trouvez particulièrement intéressante.

Please rate this

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :