Top11.fr
Don't Miss

Loris Arnaud, l’ex futur crack du PSG

La France est un des plus gros exportateurs de joueurs à l’étranger. Si les stars ne manquent pas dans les plus gros championnats, d’autres tentent de se faire une place dans des championnats mineurs voire inconnus. Top11.fr va donc se pencher sur ces oubliés de la Ligue 1 qui continuent encore de croire en leur étoile…

Au début de la saison 2007-2008, un jeune espoir du PSG signe son premier contrat professionnel. L’entraîneur de l’époque, Paul Le Guen, croit beaucoup en ses possibilités et voit en lui, un véritable futur crack. Dès la deuxième journée de championnat, le coach lance Arnaud dans le grand bain en le faisant remplacer Pierre-Alain Frau. 20 minutes de jeu encourageantes malgré un score nul et vierge de 0-0 mais ça y est Loris est enfin un joueur pro. Par la suite, le jeune natif de Saint-Germain en Laye va enchaîner les bouts de matchs. Lors de la 13ème journée, il fete sa titularisation en inscrivant son premier but en Ligue 1 lors d’une victoire 2-1 à Strasbourg. Les médias commencent à parler de lui et les sollicitations se multiplient En mars 2008, il connaît son heure de gloire en inscrivant un doublé en Coupe de France face à Bastia synonyme de qualification pour les quarts de finale. A partir de cette date, la descente vers l’oubli va débuter…

Une blessure qui change tout

Alors que sa première saison est satisfaisante pour un jeune de 20 ans (23 matchs et 3 buts toutes compétitions confondues et 1004 minutes de temps de jeu), Loris Arnaud entame la saison suivante avec une motivation décuplée. En rentrant pour les 6 dernières minutes de jeu au Parc des Princes alors que le score est de 2-2 entre le PSG et Lorient, le gamin reprend un centre de Jerome Rothen et il inscrit le but victorieux du 3-2. Tout va pour le mieux, la semaine suivante les parisiens jouent Schalke 04 et l’OM. Mais face aux allemands, Loris Arnaud va se faire une rupture des ligaments croisés. Diagnostic : plus de 6 mois d’arrêt et une saison à jeter.

Un nouveau coach et la Ligue 2

Le remplacement de Paul Le Guen par Antoine Kombouaré va être le tournant fatal pour la carrière du joueur au PSG. Ne sentant pas chez Arnaud, un potentiel important, il ne l’aligne pas après son rétablissement et va même l’inciter à le faire partir. Un premier prêt du coté de Clermont en Ligue 2 qui ratera la montée d’un cheveu lui permettra de retrouver une place de titulaire. Aux cotés de Mehdi Benatia et Yacine Brahimi notamment, son bilan pour six mois de prêt est plutôt positif (17 matchs, 3 buts et 2 passes décisives). Mais le vent a tourné. Prêté la saison suivante à Angers également en Ligue 2, il ne va pas réellement s’acclimater.


A Clermont, avec Yacine Brahimi au premier plan.

Les qataris, la Bulgarie

En rachetant le PSG à l’été 2011, les qataris ont fait grandir significativement le club. Pas Loris… Devenu indésirable, il va voir Pastore, Sirigu, Matuidi et même Thiago Motta et Maxwell rejoindre le club sans avoir la chance de les côtoyer sur le terrain. Définitivement libre au début de la saison 2012-2013, Arnaud n’intéresse personne en France. Obligé de reprendre la saison sans club, il est perdu. Il finit par tenter l’aventure en… Bulgarie. Arrivé au Chernomorets Bourgas, il va rejouer au niveau professionnel. 6 matchs et 2 buts plus tard, il n’est pas conservé par le club de Parva Liga. S’il tentera un essai en Pologne en septembre 2013, ce dernier sera non concluant et Loris va de nouveau se retrouver sans club.

Quand Loris Arnaud rejoint la Bulgarie, on sent vraiment qu’il est à l’aise…

Orléans et le Vietnam

Plus de huit mois après avoir disputé son dernier match en pro, Arnaud va rejoindre Orléans en National durant le mercato d’hiver. En obtenant la montée, le club orléanais conserve Loris Arnaud en Ligue 2. L’occasion de se montrer ? Pas vraiment. Au sein d’un effectif mal calibré, l’USO ne sort pas de la zone rouge et finit par rechuter en National. Avec seulement 17 matchs joués, un statut de joker et aucun but inscrit, Arnaud n’est pas conservé. Voyant que l’horizon en France est bouché, il décide de tout quitter. Après la Bulgarie et les essais en Pologne, cap sur le Viet-Nam. En janvier 2016, l’ex futur crack du PSG signe au T&T Hanoi.

«Je me suis dit pourquoi pas ? J’ai donc rejoint l’équipe en Chine où elle disputait un tournoi. On a été jusqu’en finale. A ce moment-là, ils m’ont fait une proposition… qui ne me convenait pas. Je suis donc rentré à Paris avant qu’ils ne rajustent leur offre. Et j’ai signé pour un an ! »

Champion du Viet-Nam la première année, il a manqué le doublé en perdant la finale de la coupe. Pas prolongé, il espère retrouver un dernier défi en Europe. A seulement 30 ans et une expérience intéressante, il pourrait encore rendre des services en Ligue 2…

Please rate this

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :